Eté 2003 Une petite équipe d’informaticiens rompus au développement en sous-traitance de sites de rencontres sur le net s’attable pour casser la croûte dans un bistro sympa. Au mur, une toile, superbe reproduction d’une œuvre de Léonard de Vinci. Entre sel et poivre, la conversation portera, bien entendu, sur le web. De la cuisse de poulet à celle de Jupiter, l’ambiance s’échauffe sur les sujets cultes, chacun s’échangeant ses découvertes pas très nettes sous le regard de la Joconde. L’un d’entre-eux lance : aux Usa, en Angleterre et même en Espagne, des agences vendent des combines en ligne pour s’excuser auprès de bobonne d’un rendez-vous urgent au deuxième bureau…. L’abus de Médoc combinera le sourire coquin de Mona-Lisa et la libido à la sauce d’alibi. En fin d’après-midi, un petit site de quelques pages qui ne devait être qu’un canular d’informaticiens était en ligne : monalibi.net. Tellement gros que l’équipe n’attendait pas grand retour.

Anticiper, prévoir, justifier, organiser les absences inavouables à l'entourage ?
Echapper aux invitations indésirables et autres obligations désagréables ?
S'offrir quelques moments de liberté sans éveiller les soupçons ?
Cultiver son jardin secret à l'abri des regards ?
 

Suivez-moi, cliquez-moi!  

L'histoire de MonaLibi...  un canular devenu business
 

Il était une fois, à la mi-août 2003...

Une petite équipe d’informaticiens, spécialistes du développement de sites de rencontres sur le net, s’attable pour casser la croûte dans un bistro sympa. Le boss revenait d'une prospection en clientèle !

Fallait trouver des idées pour la promotion des escapades en amoureux concoctés par une agence de voyages !

Au mur, une toile, superbe reproduction d’une œuvre d'un certain Léonard bien connu.

Entre sel et poivre, la conversation portera, bien entendu, sur les dessous du web. De la cuisse de poulet à celle de Jupiter, l’ambiance s’échauffe sur les sujets cultes, chacun s’échangeant ses découvertes pas très nettes sous le regard médusé de la célèbre Joconde. 

L’un d’eux lancera en boutade : aux Usa, en Angleterre et même en Espagne, des agences vendent des combines en ligne pour s’excuser auprès de bobonne d’un rendez-vous urgent au deuxième bureau…. 

L’abus de Médoc combinera le sourire coquin de Mona-Lisa et la libido à la sauce d’alibi. En quelques jours, un petit site de quelques pages, qui ne devait être qu’un canular d’informaticiens, était en ligne : monalibi.net.  Tellement gros que l’équipe n’attendait pas grand retour et n’hésitait pas à y mentionner réellement l’adresse du bureau et un numéro de téléphone…

Les derniers jours d’été passaient calmement et les statistiques de fréquentation flirtaient avec le ridicule. Quelques curieux, branchés par pur hasard sur le site, se frottaient à l’intox par courrier électronique, d’autres profitaient de leur pause-café pour abuser de la farce sur la secrétaire indisposée à l’accueil téléphonique. 

La plaisanterie de l'été avait assez duré et les techniciens se préparaient à désactiver le trublion au 30 octobre 2003. 

C’était sans compter l’effet « google » et la réaction de la toile, où les bobards se propagent avec un effet boule de neige…

Début octobre, le petit serveur mutualisé qui hébergeait le site de Mona-Libi rendit l'âme, subitement submergé de requêtes et de mails...

Chaque jour, la pauvre machine s'écroulait sous les clics des internautes de plus en plus nombreux... 

Outre les milliers de spams, des dizaines de demandes d'alibis aussi téméraires qu'élégantes réveillaient chaque matin Belzébuth et Lucifer.
(pseudos d'informaticiens)   

Que faire?

Laisser tomber en disgrâce ou bien... monter l'affaire d'en faire enfoirés alibis?

Encore fallait-il obtenir la bénédiction de Saint Pierre, gardien du paradis fiscal, pour s'affranchir du risque d'excommunication dans l'enfer juridique.
(bonjour Maître, n'oubliez pas vos honoraires)

Piègé par les jeunes démons qui n'y voyaient que des poules aux oeufs d'or, le siège des Saints élu en son sein le plus prolixe de ses poings cardinaux pour ne pas perdre le nord dans l'aventure. (traduction : monter un plan d'affaire clair, calculer les risques cachés et convaincre les patrons d'investir sur du net)

Ce pair, nègre blanc à ses heures colorées, auditeur des chiffres et des lettres, s'est retrouvé à l'avant du plan, les pieds sur terre ! Maître en plume, éloigné de ses arts pour la cause de la toile, il s'est laissé prendre au jeu d'être cuisiné sur l'aile et la cuisse.
(traduction: c'est l'expert en comptes qui va se coller à la communication et se faire allumer par les journalistes, au risque de valser en tôle)

Laurent Ruquier, tenté du coup divin, l'invite sur le plateau "On a tout essayé" à la veille de la Saint-Valentin 2004....  s'en suit l'explosion de visites sur le site...

Depuis cette époque, les médias en font des choux gras, les passages en télé et en radio se multiplient, surtout en France.

Le sujet est brûlant, tentant ! 

En juin 2005, Jean-Luc Delarue, pour "Ca se discute", thème "le mensonge"...

En septembre 2005, la Télévision Suisse Romande tourne pendant deux 2 jours à Bruxelles (rediffusions en janvier 2006 sur TV5)

Octobre 2005 : un producteur bien connu de cinéma français propose un projet de film long métrage, dont le scénario est en cours d'étude. Le thème : les rencontres sur le net.

Novembre 2005 : des journalistes du Québec traversent l'Atlantique pour s'emparer du sujet....

Décembre 2005 : les anecdotes couchées sur papier intéressent une Maison d'Editions...

L'année 2006 est émaillée d'articles dans la presse, de nombreux interviews radiophoniques, et de projets collaboratifs multimédias. La marque Monalibi est déposée pour protéger l'idée et le concept intellectuel, si l'on peut ainsi dire...

S'en suit en 2007 l'explosion d'entreprises virtuelles et de sites aussi ludiques qu'anonymes proposant des alibis de tout acabit, du faux tout venant, le plus souvent au mépris des lois.

Nous disions : Alibis... phénomènes de société ou société de phénomènes ?

En 2009, le jeu de l'infidélité virtuelle se donne des ailes pour devenir un business terre-à-terre : deux frères français, vivants aux Etats-Unis, lancent un concept original : Gleeden (glee en anglais = joie - eden pour le jardin ?).

A suivre...

Monalibi un canular devenu business
Suivez-moi, cliquez-moi!

 

Ce site ne vend aucun produit ni service, son objectif est de promouvoir les livres de Chantal Bauwens
 //
www.chantalbauwens.info // Mona-Libi est une marque déposée //